Lowschool

 

 


Lowschool, c’est ces deux vieux singes nantais, actifs depuis le milieu des années 90. C’est la plume de Wush et les beats de Gary, rejoints depuis peu par Mme L.Atipik aux platines. En dehors des sentiers battus, loin dans leur jungle luxuriante, le groupe a sorti en décembre dernier « /// ». Retour sur un ovni.

En marge, presque esseulés, Lowschool n’a pourtant de cesse d’expérimenter Après This is a Lowschool Project et l’excellent « Peaux Rouges » sorti en 2011, puis Cervelle de singe l’année suivante, le duo devenu trio a repris l’année dernière le chemin des studios. En toute indépendance, avec passion et prestance.

Une plume brute qui transpire la désillusion et le je-m’en-foutisme. Des rimes instinctives scandées, presque précipitées, dans un seul but. Dénoncer. Faire rimer les idées, et rapper – encrer – toutes les indignations du quotidien. Entre sagesse du vieux chimpanzé et hargne du jeune gorille, Lowschool fait la grimace. Les primates se font ici cyniques et lucides. Plein d’humanité en somme.

Les titres sont aboutis et les univers hétéroclites. Rock, funk, jazz, trip-hop et une pointe d’électro, le trio navigue musicalement à contre courant, réussissant parfois même à nous perdre dans la tempête de leurs inspirations et influences. Malgré tout équilibré, et bien réalisé, /// est à (re)découvrir ici.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *